Du simple usage récréatif à la chronicité

L’addiction à la cocaïne et au crack, un problème qui s’aggrave  Abonné

Publié le 11/05/2009
Globalement, l’addiction à la cocaïne est rapidement progressive à l’échelle de la planète, tout comme à l’échelon des individus. Elle comporte de graves conséquences médicales, psychiatriques et psychosociales et à ce jour aucun médicament n’a été officiellement approuvé pour traiter cette dépendance. Toutefois, comme la compréhension neurobiologique progresse, « on peut espérer la découverte de nouveaux médicaments prenant directement pour cible la pathologie biologique

UN TABLEAU CLINIQUE d’allure maniaque, avec désinhibition, sensation de puissance intellectuelle et physique, euphorie, logorrhée, idées de grandeur, augmentation de l’énergie, de l’estime de soi, de l’activité motrice, de la libido, signes qui s’associent à une insomnie, une tachypsie et à une tachycardie, doit évoquer une prise aiguë de cocaïne. À la période euphorique succède le syndrome de sevrage dont les manifestations à l’opposé (anhédonie, ralentissement psychomoteur…) conduisent à l’ardente envie de retrouver l’état antérieur et de reprendre le produit.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte