L'irisine, une hormone qui protège la mémoire

L'activité physique contre Alzheimer  Abonné

Par
Publié le 21/01/2019
Les études épidémiologiques ont montré que l’exercice physique ralentit le développement de la maladie d’Alzheimer. Une récente étude attribue cette protection induite par l’exercice physique à une hormone sécrétée par le muscle, l’irisine. Elle entraîne des effets bénéfiques sur la plasticité synaptique et la mémoire dans des modèles d’Alzheimer.
irisine

irisine
Crédit photo : SEBASTIEN TOUBON

« Réhausser les taux cérébraux d’irisine, par voie pharmacologique ou par l’exercice, pourrait constituer une nouvelle stratégie thérapeutique afin de protéger et/ou réparer la fonction synaptique et prévenir le déclin cognitif dans la maladie d’Alzheimer », conclut une équipe multidisciplinaire composée de neuroscientifiques brésiliens, américains et canadiens dans une étude publiée dans la revue « Nature Medicine ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte