Mycophénolate

L'accord de soins rarement demandé au comptoir  Abonné

Par
Charlotte Demarti -
Publié le 20/03/2017
Près de 30 % des femmes greffées du rein traitées par mycophénolate n’ont pas connaissance de la tératogénicité du médicament, selon une enquête réalisée auprès de 99 patientes. Quant au formulaire d’accord de soins, obligatoire, il est rarement remis par le médecin… et rarement demandé par le pharmacien.

Combien de pharmaciens demandent aux patientes de leur montrer leur accord de soins signé lors d'une délivrance de mycophénolate (Cellcept, Myfortic) ? Pas assez, selon l'association de patients Renaloo, qui a mené l'enquête auprès de 99 femmes en âge de procréer, greffées du rein, qui prennent cet immunosuppresseur (enquête en ligne). Seulement 6 % d'entre elles ont dû présenter le formulaire au pharmacien pour obtenir leur médicament, et seulement 12 % indiquent que leur néphrologue leur a remis le formulaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte