Approvisionnement des pharmacies en antirétroviraux

La vérité sur les ruptures de stock  Abonné

Publié le 05/07/2010
À l’approche des vacances d’été, les associations de patients s’inquiètent de nouvelles difficultés d’approvisionnement des antirétroviraux à l’officine. Une situation récurrente, pour laquelle laboratoires et répartiteurs se rejettent la responsabilité. Au final, le pharmacien d’officine doit prendre les devants pour assurer la continuité du traitement de ses patients.
En bout de chaîne, les pharmaciens se démènent pour que les patients ne soient pas pénalisés

En bout de chaîne, les pharmaciens se démènent pour que les patients ne soient pas pénalisés
Crédit photo : S. toubon

LE PROBLÈME se pose depuis quelques années de façon récurrente. Certains traitements du VIH subissent des difficultés d’approvisionnement, en particulier à l’approche des vacances d’été. Le retard de livraison, qui peut durer plusieurs jours, pénalise surtout les pharmacies d’officine, en ville comme à la campagne. Réputées très actives, les associations de patients tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Le collectif TRT-5*, qui regroupe une dizaine de structures de lutte contre le VIH, en appelle aux malades pour recueillir un maximum de témoignages.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte