Une application dans des affections respiratoires

La toxine botulique pourrait bloquer  Abonné

Publié le 18/07/2009
Par une étude de modélisation moléculaire, des chercheurs américains viennent de démontrer qu’il est possible de modifier le substrat cible de la toxine botulique et, donc, d’étendre ses applications au-delà de son action sur les neurones. Les différents sérotypes de cette toxine pourraient, dès lors, être employés dans le traitement de pathologies non neurologiques.
La BPCO, l’asthme voire la mucoviscidose pourraient bénéficier de ces travaux

La BPCO, l’asthme voire la mucoviscidose pourraient bénéficier de ces travaux
Crédit photo : S TOUBON

LA TOXINE BOTULIQUE est actuellement employée pour traiter diverses affections neurologiques, telles que le strabisme ou le blépharospasme. On met en cela à profit le tropisme neuronal de cette toxine et, plus précisément, sa capacité à cliver les récepteurs des protéines de liaison solubles sensibles au N-éthylmaléimide (SNARE).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte