Implants mammaires PIP

La surveillance vaut pour les ganglions  Abonné

Publié le 21/04/2011

L’AGENCE française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) recommande d’élargir la surveillance des femmes porteuses d’implants mammaires en gel de silicone fabriqués par la société Poly Implant Prothèse (PIP) aux ganglions sous les bras. L’agence, qui a décidé en mars dernier la suspension de l’utilisation de ces prothèses, évoque la possibilité d’un phénomène de suintement du gel, « même si l’enveloppe n’est pas rompue », souligne Christiane Angot, chef du département vigilance. Ce gel pourrait se collecter au niveau des ganglions.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte