Sommeil, alcoolisme, dépistage, contraception…

La santé des étudiants : entre insouciance et ignorance  Abonné

Publié le 24/09/2009
Problèmes de sommeil en augmentation, alcoolisme en hausse, les étudiants se soignent mal, sont peu soucieux de prévention et ne savent guère où chercher des informations : 49 % se précipitent sur Internet en cas d’interrogations.

LA CINQUIÈME édition de l’enquête de la SMEREP, une mutuelle étudiante, sur le comportement des étudiants vis-à-vis de leur santé, pointe d’emblée un premier constat : la progression de leurs problèmes de sommeil, soit 19,8 % en 2007 contre 24,8 % cette année. Une augmentation qui s’explique par l’accroissement des sollicitations et l’envie d’étirer leurs soirées sans dormir à heures régulières. « Avec l’essor des jeux vidéos et des réseaux sociaux, les étudiants reculent de plus en plus l’heure du coucher, en se disant qu’ils rattraperont leur sommeil pendant le week-end.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte