De l’Infecundin à l’Enovid

La saga de la contraception orale  Abonné

Publié le 09/01/2014

1922 : il y a presque un siècle que le physiologiste autrichien Ludwig Haberlandt (1885-1932) montra que des extraits ovariens bloquaient la conception et lui suggérèrent l’existence d’hormones ovariennes actives sur la fécondité. Il eut l’idée de tester sur le lapin un extrait ovarien injectable dont il pensait faire un anticonceptionnel : l’Infecundin.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte