Une nouvelle approche de l’alcoolo-dépendance

La réduction de consommation plutôt que l’abstinence totale  Abonné

Par
Publié le 27/10/2014

L’approche thérapeutique de l’alcoolo-dépendance est en pleine évolution. Avec la Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) accordée par l’ANSM au baclofène et l’arrivée du nalmefène (Selincro), les perspectives de prise en charge évoluent vers un nouveau paradigme : la réduction de la consommation d’alcool, plutôt que l’abstinence totale.

Baclofène et nalmefène viennent élargir l’arsenal thérapeutique contre l’alcoolo-dépendance

Baclofène et nalmefène viennent élargir l’arsenal thérapeutique contre l’alcoolo-dépendance
Crédit photo : phanie

C’EST un fait. Dans le cadre de la prise en charge de l’alcoolo-dépendance, les médicaments disponibles jusqu’ici (acamprosate, naltrexone, disulfirame) avaient une AMM limitée au maintien de l’abstinence après sevrage. Aucun d’entre eux n’avait donc jusqu’à présent une AMM pour la réduction de la consommation d’alcool.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte