Risque cardiaque

La qualité de la graisse joue un rôle  Abonné

Par
Publié le 24/10/2016
De nombreuses publications montrent qu’un excès du volume de graisse abdominale sous-cutanée et péri-viscérale s’associe à un accroissement du risque cardiovasculaire par rapport à un excès de masse grasse répandu de façon harmonieuse sur tout le corps. Plus qu’une confirmation de ces observations, une étude récente montre que la densité de la graisse, mesurée par tomodensitométrie (CT-scan), importe au moins autant que sa quantité.

Conduite par l’équipe de Caroline S.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte