Pathologies vulvovaginales

La prise en charge doit être globale  Abonné

Publié le 04/02/2010
La zone vulvovaginale constitue l’interface naturelle entre le vagin et l’extérieur et se trouve confrontée aux agressions naturelles (urines) ou iatrogènes (toilettes, déodorants, vêtements…). Le vestibule constitue la zone naturelle de drainage du vagin et nécessite une attention particulière lors d’une plainte liée à une sécheresse ou une dyspareunie.

TOUTES LES PATHOLOGIES vaginales vont s’exprimer à travers le conduit vulvovaginal, fermé à la partie supérieure par le col utérin et ouvert à sa partie inférieure sur l’extérieur au niveau du vestibule. Si le vagin est un tissu qui a une récupération assez complète en dehors d’une discrète sécheresse qui se traite simplement, les phénomènes séquellaires ont tendance à se fixer su la zone vestibulaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte