Essai sur un modèle murin de trisomie 21

La norépinéphrine restaure la mémoire contextuelle  Abonné

Publié le 23/11/2009
Sur un modèle de trisomie 21 chez la souris, des chercheurs tentent de donner un précurseur de la norépinéphrine. Et ils obtiennent une restauration de certaines fonctions cognitives altérées dans ce syndrome. Ils expliquent le rationnel physiopathologique de leur expérience,
Voies de signalisation de la norépinéphrine

Voies de signalisation de la norépinéphrine
Crédit photo : C. BICKEL/SCIENCE

DÈS LORS QUE les observations sur le modèle animal seraient confirmées à l’échelle humaine, « si on intervient suffisamment tôt, on peut être capable d’aider les enfants souffrant de trisomie 21 à traiter et à moduler les nouvelles informations », écrit Ahmad Salehi, premier auteur de l’étude. « Théoriquement, nos observations pourraient aboutir à une amélioration des fonctions cognitives de ces enfants. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte