Après la découverte d’un mécanisme défense de l’hôte

La N-acétylcystéine candidate contre le paludisme?  Abonné

Publié le 03/09/2009
Des chercheurs portugais viennent de découvrir un mécanisme de défense naturelle contre les formes graves de paludisme. Il consiste à prévenir les effets cytotoxiques de l’hème libre via l’expression d’une enzyme catabolisante. Ces effets sont reproduits chez la souris par un médicament antioxydant communément utilisé en médecine, la N-acétylcystéine.
L’hémolyse déclenchée par le Plasmodium aboutit au relargage de l’hème

L’hémolyse déclenchée par le Plasmodium aboutit au relargage de l’hème
Crédit photo : CDC

UTILISERA-T-ON à l’avenir de la N-acétylcystéine pour lutter contre le paludisme ? Peut-être bien, d’après des scientifiques portugais de l’institut des sciences Gulbenkian. L’équipe dirigée par Miguel P. Soares vient de montrer que ce médicament antioxydant, utilisé comme fluidifiant bronchique et antidote dans les intoxications au paracétamol, permet chez la souris de prévenir les formes graves de paludisme.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte