Traitements de substitution aux opiacés

La méthadone initiée en ville, ça marche  Abonné

Publié le 04/12/2014
La méthadone pourrait-elle être primo-prescrite en ville ? La réponse est oui, selon l’étude Méthaville, mais à la condition que les médecins généralistes qui initient le traitement soient solidement formés et investis dans le suivi des problématiques d’addiction, et que le trio médecin-pharmacien-patient soit solide.

L’ÉTUDE Méthaville vient de montrer qu’un traitement de substitution par méthadone initié par des médecins généralistes de ville, et pris en pharmacie de ville, est aussi efficace qu’un traitement par méthadone initié en centre spécialisé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte