Plasticité synaptique

La mémoire peut être effacée puis restaurée  Abonné

Publié le 05/06/2014
Des chercheurs californiens sont parvenus chez des rats conditionnés à faire disparaître puis réapparaître un comportement de peur, en stimulant les synapses à la bonne fréquence. Cette preuve de plasticité cérébrale pourrait être utilisée dans la maladie d’Alzheimer.

Comme pour le son d’un matériel Hi-Fi, la mémoire peut disparaître en mettant le volume à zéro et réapparaître en rétablissant l’intensité à son niveau initial.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte