Transmise par la reine Victoria

La « maladie royale » était une hémophilie B  Abonné

Publié le 12/10/2009
L'impératrice Alexandra Feodorovna et le prince Alexei, 1911

L'impératrice Alexandra Feodorovna et le prince Alexei, 1911
Crédit photo : state archives of the russian federation

LA « MALADIE ROYALE », une maladie du sang transmise par la reine Victoria d’Angleterre (1819-1901) à ses descendants parmi les familles royales d’Europe et de Russie, a marqué l’histoire et représente l’un des exemples les plus saisissants d’une transmission récessive liée à l’X. Présumée être une hémophilie, sa base moléculaire n’avait toutefois jamais été identifiée.

Le mystère est maintenant résolu. La « maladie royale » était une forme sévère d’hémophilie B, révèlent Rogaev et coll. (université médicale du Massachusetts, États-Unis) dans « ScienceXpress ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte