Lutte contre le cancer du sein

La HAS plaide pour le dépistage organisé plutôt qu’individuel  Abonné

Publié le 09/02/2012
Davantage de dépistage et une bascule des dépistages individuels (DI) vers les dépistages organisés (DO), pour plus de qualité et d’équité, ce sont les recommandations pour le dépistage du cancer du sein que publie aujourd’hui la HAS*. Pour y parvenir, elle compte bien sûr sur le premier rouage du dépistage, le médecin traitant.
La seconde lecture permet de rattraper de 8 à 9 % des cancers passés inaperçus

La seconde lecture permet de rattraper de 8 à 9 % des cancers passés inaperçus
Crédit photo : S Toubon

« LE TRAVAIL que nous a demandé la Direction générale de la santé n’a pas pour objet de rediscuter de l’intérêt du dépistage et de ses inconvénients collatéraux, surdiagnostic et surtraitement. Mais de formuler des recommandations pour que la participation au programme de dépistage organisé soit la plus large possible », souligne en préambule le Pr Jean-Luc Harousseau, président du Collège de la HAS. « Cependant, nous avons tenu compte dans nos recommandations des risques liés aux irradiations répétées, souligne-t-il.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte