Feu hormone de la faim

La ghréline fait grossir sans ouvrir l’appétit  Abonné

Publié le 28/04/2016
Une équipe française montre comment la ghréline et son récepteur sont associés à la prise de poids. Contrairement à ce qui a longtemps été avancé, elle n’agit pas en augmentant la prise alimentaire mais agit sur le stockage des graisses.

Décrite comme telle depuis sa découverte, la ghréline ne serait pas en réalité l’hormone de la faim, selon une étude INSERM publiée dans « Science signaling » Ce constat explique pourquoi les traitements anti-obésité ciblant la ghréline ont échoué jusqu’à présent à contrôler l’appétit. 

Si cette hormone est associée à la prise de poids, les chercheurs français l’expliquent par un effet direct sur le stockage des graisses, ce qui laisse à penser que d’autres approches anti-ghréline pourraient se révéler efficaces dans le traitement de l’obésité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte