Perturbateurs endocriniens

La France se veut plus protectrice  Abonné

Par
Marie Bonte -
Publié le 23/06/2016

Pour la première fois, la Commission européenne a proposé, le 15 juin, une définition des perturbateurs endocriniens. Bien qu’elle s’en félicite, Marisol Touraine, ministre de la Santé, estime toutefois que ce premier pas ne va pas assez loin. Elle réclame que la définition par l’Union européenne de ces substances chimiques pouvant avoir des effets sur le développement de certains organes, sur l’abaissement de l’âge de la puberté ou encore sur la survenue des cancers du sein et de la prostate, soit alignée sur la vision plus protectrice pour la santé de l’OMS.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte