Virus de la grippe

La forte humidité réduit la transmission  Abonné

Publié le 12/02/2009
?L’humidité absolue, qui tend à augmenter dans un monde en réchauffement, semble avoir une influence plus grande sur la transmission de la grippe et sur la survie du virus influenza (en les réduisant) que l’humidité relative (1). Selon des travaux américains, les variations saisonnières de l’humidité absolue reflètent mieux, également, l’évolution saisonnière de la grippe que ne le fait la seule considération de l’humidité relative.
Un taux élevé d’humidité inactive la surface virale

Un taux élevé d’humidité inactive la surface virale
Crédit photo : AFP

LES MODES de transmission de la grippe font encore l’objet de débats. Récemment, une étude (Lowen et coll., 2007) a mis en évidence le rôle de l’humidité relative (HR): la transmission de la grippe est plus forte dans des conditions d’HR réduites. Mais l’HR varie en fonction de la température ambiante : à HR constante, l’air contient davantage de vapeur d’eau à 5°C qu’à 20°C, par exemple.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte