En plus des responsables connus

La clé de l’athérosclérose diabétique  Abonné

Publié le 23/01/2012
Des chercheurs américains ont découvert, chez la souris et sur des monocytes de patients diabétiques, qu’une enzyme de dégradation des acides gras à longue chaîne joue un rôle clé dans la constitution de l’athérosclérose diabétique. Son mécanisme d’apparition serait dès lors, au moins partiellement, distinct de l’affection vasculaire non diabétique.
Lésions d’athérosclérose en scanner 3D

Lésions d’athérosclérose en scanner 3D
Crédit photo : PHANIE

LES MONOCYTES de patients diabétiques ont un phénotype clairement inflammatoire, par rapport à ceux des sujets non diabétiques. De plus, ces cellules ont, avec les macrophages, un rôle central dans l’athérogenèse. Comme les facteurs de risque traditionnels ne réussissent pas à expliquer entièrement l’athérosclérose diabétique, une hypothèse a été émise selon laquelle les monocytes et les macrophages, chez les diabétiques, pourraient contribuer au processus athérosclérotique. Comment ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte