Les dépressifs moins sensibles aux parfums

L’« odorothérapie » au secours de la dépression  Abonné

Publié le 19/11/2012

VOUS n’appréciez plus l’odeur sucrée de la vanille ? Les arômes de cannelle ou d’amande amère vous laissent indifférent ? Attention, la dépression vous guette peut-être ! Ainsi pourrait-on interpréter les conclusions d’une récente étude qui démontre que les victimes de dépression sévère distinguent moins bien les odeurs agréables. Plus exactement, l’essai mené par des chercheurs de l’Université François-Rabelais de Tours aboutit à l’hypothèse que les troubles olfactifs pourraient annoncer une rechute pour les dépressifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte