La zone d’infestation détermine le phénotype

Il y a une seule espèce de poux  Abonné

Publié le 06/01/2011
Un dogme vient de s’écrouler. Les poux de tête et de corps ne sont pas des espèces différentes. D’après des chercheurs marseillais, leur patrimoine génétique est identique. C’est la zone d’éclosion des larves qui détermine leur phénotype. La pédiculose de cuir chevelu serait le réservoir des poux de corps.
Les poux de tête, un réservoir pour les poux du corps

Les poux de tête, un réservoir pour les poux du corps
Crédit photo : BSIP

LES POUX des SDF étaient une énigme que les Marseillais ont déchiffrée. « Nous ne comprenions pas pourquoi nous n’arrivions pas à éradiquer les poux de corps des SDF », explique le Pr Didier Raoult, chef du service des maladies infectieuses au CHU de la Timone et chercheur CNRS sur les maladies infectieuses et émergentes à l’université de la Méditerranée. « Ce phénomène était une énigme. Pourquoi les gens vivant dans la rue se réinfestaient-ils à coup sûr ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte