Une étude suédoise sème le trouble

Il ne faut pas stigmatiser le lait  Abonné

Publié le 09/02/2015
Alors que de nombreuses études sur le bénéfice du lait pour la santé ont conduit aux recommandations actuelles (PNNS, 3 produits laitiers/j), une étude suédoise prospective a semé le trouble en 2014. Le point avec le Dr Jean-Michel Lecerf, nutritionniste, Institut Pasteur, Lille, qui qualifie cet essai de « hors-norme ».

LA PERTINENCE des études épidémiologiques en nutrition croît de l’étude écologique (comparaison de groupes de sujets, pays…), à l’étude cas-témoins, l’étude prospective (les ajustements sur les facteurs confondants tentent d’atténuer des groupes différents au départ), jusqu’à l’étude d’intervention (tirage au sort des groupes). Seule cette dernière peut affirmer au-delà de l’association, une relation de causalité. Dans tous les cas, un éclairage mécanistique physiopathologique est nécessaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte