Perturbateurs endocriniens et diabète

Il est temps d’agir !  Abonné

Publié le 23/04/2012
Une série d’éléments expérimentaux et épidémiologiques s’accumulent pour prouver que l’exposition à des polluants chimiques, en particulier à des perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A, contribuerait
Polluants et troubles métaboliques : il y a assez d’arguments

Polluants et troubles métaboliques : il y a assez d’arguments
Crédit photo : bsip

ON NE PEUT PAS EXPLIQUER l’épidémie galopante de l’obésité et du diabète de type 2 uniquement par des facteurs génétiques et les changements de comportement alimentaire. Des arguments de plus en plus nombreux suggèrent le rôle éventuel de certains polluants dans l’épidémie des maladies métaboliques ; des perturbateurs métaboliques, que depuis 2002 l’OMS reconnaît comme des substances dont l’influence négative sur le système endocrinien résulte en conséquences néfastes sur la santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte