Des comas pas ordinaires

Histoires à dormir débout  Abonné

Publié le 23/07/2010

DÉSIGNANT EN GREC un « sommeil profond », le coma se situe quelque part entre la simple sieste et le repos éternel. C’est un no man’s land pour la conscience, qui est mise au repos, tandis que les fonctions végétatives sont maintenues. Au repos ne veut pas dire totalement inactive. Il y a quelques jours, une jeune Croate s’est réveillée d’un coma de 24 heures. Surprise : la collégienne s’est mise à parler couramment l’allemand alors qu’elle venait juste d’en débuter l’apprentissage. Pour les neurologues, il ne s’agit pas d’un miracle, mais d’un cas connu bien que rare en la circonstance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte