Un risque génétique d’infarctus annulé

Fruits et légumes ont à cœur de contrer un gène  Abonné

Publié le 24/10/2011
Des chercheurs ont fait une surprenante découverte en conduisant l’une des plus larges études d’interaction gène-alimentation dans la maladie cardio-vasculaire. En effet, le risque d’infarctus du myocarde et de maladie cardio-vasculaire qui est conféré par des variants du chromosome 9p21 peut être profondément atténué par une alimentation riche en fruits et légumes dans de multiples groupes ethniques.
Des résultats qui soutiennent les recommandations de santé publique

Des résultats qui soutiennent les recommandations de santé publique
Crédit photo : s toubon

« NOUS SAVIONS que des variants génétiques au locus 9p21 majoraient le risque de maladie cardiaque pour les individus portant ces variants. Mais ce fut une surprise de découvrir qu’une alimentation saine peut considérablement atténuer cet effet », souligne le Dr Jamie Engert, chercheur à l’université McGill (Canada), qui a codirigé cette étude réalisée dans le cadre d’une collaboration internationale de chercheurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte