Pas d’amélioration au cours de l’infection par le VIH

Fin des espoirs portés par l’IL-2  Abonné

Publié le 19/10/2009
En association avec des antirétroviraux chez

les infections opportunistes que sur les décès. La raison en demeure incertaine.

UNE ÉTUDE préliminaire en 1995 a montré que l’administration intermittente d’interleukine-2 (IL-2), associée aux antirétroviraux, chez des patients porteurs du VIH entraînait une augmentation du taux des cellules T CD4 (augmentation de leur survie). Ceci soulevait l’espoir que l’IL-2 puisse retarder la progression de la maladie, à condition que son bénéfice dépasse sa toxicité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte