Mésusage chez les jeunes

Faut-il restreindre l'accès à la codéine ?  Abonné

Publié le 19/06/2017
Depuis le début de l’année, cinq intoxications chez des jeunes, dont deux fatales, avec des produits codéinés ont été rapportées à l’ANSM. L’agence sanitaire réfléchit aux moyens à mettre en place pour restreindre un accès trop facile à ce type de médicaments et rappelle aux pharmaciens qu’ils peuvent refuser une vente en cas de doute.
codeine

codeine
Crédit photo : DR TIM EVANS/SPL/PHANIE

Prontalgine, Claradol codéine, Doliprane codéine, Klipal codéine, Néo-Codion, Poléry, Tussipax, Eucalyptine Le brun… plus d’une trentaine de spécialités en comprimés ou sirop renfermant de la codéine sont disponibles sans ordonnance en pharmacie… Et ces médicaments en vente libre sont parfois détournés par les jeunes qui en font un usage récréatif, mais dangereux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte