In extremis  Abonné

Par
Didier Doukhan -
Publié le 27/04/2015

LA DOULEUR a bien failli être totalement absente du projet de loi de santé. Jusqu’au 14 avril, c’était en tout cas la stricte - et cruelle - vérité. Heureusement, plusieurs associations de patients et de médecins impliquées dans la lutte contre la douleur veillaient au grain. Auditionnées le 17 février, elles ont pu faire valoir leurs arguments devant la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte