États-Unis : faute de médicaments, la peine de mort agonise

Par
Publié le 04/11/2015

Un homme atteint d’un méningiome devait être exécuté hier d’une injection létale comprenant du pentobarbital. Au dernier moment, la Cour suprême américaine lui a accordé un sursis : le produit, qui neutralise le système nerveux central, pourrait provoquer chez lui « des crises convulsives violentes et incontrôlables ainsi qu’une douleur intolérable ». Ses avocats préconisent une exécution par inhalation d’azote afin de réduire « le fort risque, injustifiable, de grave douleur ». Cette affaire pointe du doigt le casse-tête des États-Unis pour exécuter ses condamnés à mort.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)