Complications cardiovasculaires du diabétique

Et si la mémoire glycémique n’existait pas ?  Abonné

Par
Pascale Solere -
Publié le 25/10/2018
On ne retrouve pas, 15 ans plus tard, le bénéfice cardiovasculaire lié à un contrôle strict relevé 10 ans après l’entrée dans l’étude VADT. Pour autant, les patients concernés étaient déjà avancés dans leur diabète, ce qui plaide pour ne pas enterrer trop vite le concept de mémoire glycémique, et poursuivre une prise en charge précoce et durable.
mémoire sucre

mémoire sucre
Crédit photo : GARO/PHANIE

Le suivi de l’essai VADT à 15 ans, présenté cette année à l'American Diabetes Association (ADA), a examiné sous un nouvel angle, celui du contraste glycémique entre les deux bras, l’effet du contrôle glycémique sur les complications cardiovasculaires. Cette analyse suggère qu’il faut au moins cinq ans avant que le bénéfice cardiovasculaire ne soit tangible. Elle remet par ailleurs en cause la notion de mémoire glycémique à long terme, hypothèse née de l’extension à vingt ans de l’étude UKPDS.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte