Benzodiazépines et traitements de substitution aux opiacés

Enquête sur un sujet tabou  Abonné

Publié le 16/02/2009
Vivement déconseillée, l’association d’un traitement de substitution aux opiacés avec une benzodiazépine engendre un risque majoré de dépression respiratoire pouvant être fatale en cas de surdosage. Pourtant, les professionnels de santé sont régulièrement confrontés à des patients « substitués » dépendants aux benzodiazépines. Encore tabou, le sujet soulève de nombreuses questions auxquelles le laboratoire Bouchara veut répondre par le biais d’une formation dédiée aux médecins et pharmaciens qui débutera en mars prochain.
Prescription

Prescription
Crédit photo : phanie

DEPUIS janvier 1996, le toxicomane a le statut de patient et peut être soigné par le biais d’un traitement de substitution aux opiacés (TSO), tels que la buprénorphine (Subutex) ou la méthadone. Des traitements au long cours qui demandent une prise en charge globale du patient.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte