Éjaculation prématurée

Enfin une étude sur la perception des patients  Abonné

Publié le 08/02/2016
L’étude EMOI, réalisée par les Laboratoires Ménarini* en partenariat avec la FF3S (fédération française de sexologie et de santé sexuelle) est la première étude observationnelle française réalisée sur l’éjaculation précoce. Elle montre l’importante souffrance des hommes concernés, et rappelle l’utilité d’une consultation sexologique.

L’étude EMOI (impact de l’éjaculation précoce ou prématurée sur le bien-être psychologique et la vie sexuelle : la perception des patients et des partenaires) est une étude non interventionnelle, transversale, nationale, réalisée d’octobre 2013 à avril 2014, auprès de 120 médecins volontaires (urologues ou sexologues).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte