La politique du transfert unique porte ses fruits

En 20 ans, les bébés nés d’une FIV se portent de mieux en mieux  Abonné

Publié le 29/01/2015
Les taux importants de grossesses gémellaires et de prématurité observés dans les premiers temps de la fécondation in vitro ont progressivement diminué dans les pays nordiques. Selon les auteurs d’une étude parue dans « Human Reproduction », ce serait non seulement la démonstration de l’amélioration des pratiques mais aussi celle de l’intérêt du transfert d’embryon unique.

LA COHORTE mise en place par le groupe de chercheurs CoNARTaS rassemble désormais 92 000 enfants nés d’une fertilisation in vitro (FIV) au Danemark, en Norvège et en Finlande, entre 1989 et 2007.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte