Dysfonction érectile et paludisme, même combat ?

Par
Publié le 11/05/2015

La célèbre petite pilule bleue serait également susceptible de stopper la progression du parasite à l’origine du paludisme. Une étude publiée le 8 mai dans la revue « PLOS pathogens » expose en effet que, pour la première fois, un médicament permettrait de contrarier la transmission du parasite entre un patient infecté par le Plasmodium falciparum et un moustique le piquant et risquant ainsi de contaminer d’autres personnes.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)