Cerveaux « racistes »

Douleurs et couleurs  Abonné

Publié le 31/05/2010

VOIR quelqu’un souffrir fait réagir. Et bien, pas obligatoirement, à en croire une étude menée par des chercheurs de l’université de Bologne en Italie. Ceux-ci ont en effet mis en évidence que la réaction à la douleur d’autrui est parfois fonction de préjugés raciaux. Comment ? Ils ont montré à des individus des images d’aiguilles plantées dans des mains de diverses couleurs. Et là, stupeur, ceux ayant d’importants préjugés raciaux tendent à répondre de manière extrêmement faible aux souffrances des membres de l’autre groupe ethnique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte