Horloge biologique et obésité

Dormir peu donne faim de malbouffe  Abonné

Publié le 04/04/2016
Un sommeil perturbé est, au même titre qu’un régime alimentaire inadapté ou un défaut d’activité physique, un facteur de risque de surpoids et d’obésité, de diabète et/ou de dyslipidémie.

L’alternance du jour et de la nuit, de la lumière et du sommeil, des repas et du jeûne, rythme les grandes fonctions physiologiques sur près de 24 heures (circadien) : métabolisme énergétique, sécrétions hormonales (insuline et cortisol notamment), pression artérielle, tonus musculaire, température corporelle, sensation de faim, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte