Distinguer l’allergie du Covid-19

Par
Marie Bonte -
Publié le 14/04/2020
toux

toux
Crédit photo : Phanie

En cette période de pollinisation intense, les personnes allergiques s'interrogent sur leurs symptômes : sont-ils liés à l’intolérance aux pollens ou au Covid-19 ? De ce fait, ils ne savent pas quelle attitude adopter face à leur traitement habituel.

Entre Covid-19 et allergies, les pistes se brouillent. C’est en tout cas ce que pensent nombre de personnes allergiques qui ne savent plus interpréter leurs signes allergiques, craignant d’ignorer ce qui pourraient être des symptômes du Covid-19. La Pr Chantal Raherison, présidente de la Société de pneumologie de langue française, tient à préciser : « Dans l'allergie, il n'y a pas de température, pas de tableau infectieux, pas de fièvre, pas de frissons et généralement les patients n'ont pas non plus de fatigue intense, ni de perte d'odorat, comme cela a été signalé dans le Covid-19. » En revanche, « la prise de cortisone par les patients souffrant d’asthme sévère peut masquer la hausse de la température, l’un des symptômes du Covid-19 », met elle en garde. Ainsi, en cas d’essoufflement ou de gêne respiratoire inhabituelle, il est vivement conseillé de consulter rapidement son médecin ou de recourir à la téléconsultation.

En effet, certaines manifestations respiratoires propres aux allergies (sifflements expiratoires dans la poitrine, toux plutôt sèche, quinteuse, pouvant se manifester la nuit, avec le rire, ou l'exercice…) peuvent être confondues à tort avec des symptômes du Covid-19, tout particulièrement lorsque les personnes n’ont pas encore été diagnostiquées allergiques.

En tout état de cause, le traitement antiallergique (antihistaminiques…) doit être poursuivi pour soulager les symptômes liés à l'exposition aux pollens, avec pour les asthmes allergiques, le traitement de fond (corticoïdes inhalés…). De même, avertit la Pr Raherison, la femme enceinte allergique ou asthmatique peut aussi prendre son traitement. « Faire une crise d'asthme pendant la grossesse induit un risque de manque d'oxygène pour le bébé et de complications », avertit la Pr Raherison. Les patientes peuvent consulter le site lecrat.fr (conçu par des pharmacologues) en cas de doute sur un médicament pris durant la grossesse.

Par ailleurs, le confinement peut être une période propice aux allergies : poils d’animaux, acariens, moisissures, blattes… et à l’exacerbation de leurs manifestations, relève le Pr Gilles Garcia, pneumologue de l'association Asthme & Allergies (numéro vert 0800 19 20 21), qui délivre sur son site Web des conseils pratiques sur les répercussions du confinement sur l'air que l'on respire à domicile.

Avec l'AFP.

Source : lequotidiendupharmacien.fr