En 2e intention dans l’acné

Diane 35 suspendue par l’ANSM puis réhabilitée par l’Europe  Abonné

Publié le 06/01/2014
Dans son arbitrage de juillet 2013, La Commission européenne restreint l’utilisation et la prescription de Diane 35 et de ses génériques au traitement de seconde intention de l’acné modérée à sévère chez les femmes en âge de procréer.

EN FÉVRIER 2013, Diane 35 est suspendue par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Pour l’ANSM, le rapport bénéfices/risques de Diane 35 et de ses génériques s’avère défavorable dans tous les cas y compris le traitement de l’acné, eu égard notamment au risque thromboembolique veineux et artériel auxquels ils exposent les femmes traitées. Un risque qui, pour l’ANSM, ne semble pas être suffisamment pris en compte par le corps médical alors qu’il est pourtant documenté.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte