Génétique

On devient ce que l’on mange  Abonné

Par
Publié le 17/05/2016

De là à croire que ce jeune homme à l’air bovin aurait un faible pour la côte de bœuf, il y a certes un pas… Mais tout de même. Les récents travaux publiés par des biologistes de l’Indiana University dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) suggèrent clairement que l’on finit par devenir ce que l’on mange. 

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte