Prurit iatrogène sévère

Deux cas calmés par l’aprépitant  Abonné

Publié le 06/09/2010

Deux patients traités par erlotinib pour un cancer du poumon et présentant un prurit très important ont été soulagés par l’administration d’aprépitant, antagoniste du récepteur à la neurokinine-1 destiné au traitement des nausées et vomissements chimio-induits.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte