Trois avancées majeures font progresser la détection du cancer pulmonaire

Des tumeurs pulmonaires trahies par des cellules « sentinelles » sanguines  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 13/11/2014
Le cancer pulmonaire non-à petites cellules (CPNPC) est à la fois l’un des plus fréquents et aussi l’un des plus redoutables : seule une résection chirurgicale totale des tumeurs très peu évoluées en améliore le pronostic mais 75 % des patients ne relèvent déjà plus d’une chirurgie d’exérèse lors du diagnostic et 87 % d’entre eux décèdent dans les 5 ans. Les techniques de détection précoce jusqu’alors expérimentées livrent une proportion bien trop élevée de faux positifs ou, pire, de faux négatifs. Trois avancées majeures ont été révélées dans ce domaine où l’enjeu sanitaire est crucial.
Chaque gramme de tissu malin libère quotidiennement un million de cellules dans le flux sanguin

Chaque gramme de tissu malin libère quotidiennement un million de cellules dans le flux sanguin
Crédit photo : phanie

UNE BONNE nouvelle vient de France, de Nice exactement, où l’équipe de Paul Hofman (hôpital Pasteur) a pu diagnostiquer des tumeurs pulmonaires encore invisibles à l’imagerie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte