Antagonistes des RE

Des souris guéries d’un cancer du col  Abonné

Publié le 16/11/2009

À L’AVENIR, des antagonistes des récepteurs aux estrogènes pourraient être une alternative médicamenteuse à la conisation et à la chirurgie dans les lésions cancéreuses et précancéreuses du col de l’utérus. C’est ce que suggère une équipe de l’université du Wisconsin au vu des résultats obtenus chez un modèle de souris. Sang-Hyuk Chung et Paul Lambert viennent en effet de montrer que des antagonistes des récepteurs aux estrogènes (RE) ont permis de guérir des cancers et des lésions précancéreuses du col de l’utérus.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte