Testés chez l’animal

Des sartans contre le cancer du sein  Abonné

Publié le 18/07/2009
La surexpression d’un récepteur à l’angiotensine II dans certaines formes de cancer mammaire ouvre la voie à un traitement par des sartans.

UNE NOUVELLE approche, dans la recherche de gènes cibles du cancer du sein, vise à détecter des marqueurs surexprimés à un degré inhabituel. Des chercheurs de l’université du Michigan (États-Unis) viennent ainsi de mettre en évidence un récepteur à l’angiotensine II, AGTR1, qui est fortement surexprimé dans une sous-population de tumeurs ER positives représentant de 10 à 20 % des cancers du sein et qui, de plus, est distincte des cancers « ERBB2 ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte