L’induction d’une tolérance alimentaire chez l’allergique

Des protocoles individualisés mais contraignants  Abonné

Publié le 28/04/2014
L’induction d’une tolérance orale (ITO) aux aliments par immunothérapie présente un intérêt croissant en raison de l’augmentation de la prévalence des allergies alimentaires et des résultats peu satisfaisants des régimes d’éviction. De récentes publications décrivent des protocoles d’ITO à de nombreux aliments, en particulier le lait, l’œuf et l’arachide.

LES RÉGIMES d’éviction sont difficiles à suivre et contraignants pour le patient allergique et son entourage. D’autre part, ils empêchent l’acquisition d’une tolérance, pire : l’éviction peut aggraver l’allergie en abaissant le seuil de réactivité et en majorant les manifestations cliniques lors d’une réintroduction accidentelle. La mise en place d’une ITO offre une alternative thérapeutique en faveur d’une bonne évolution clinique, sociale et psychologique. Elle permet de modifier le seuil réactogène du malade, voire de le supprimer, pour obtenir une guérison définitive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte