Des médicaments poussent au crime

Par
Publié le 03/06/2015

La consommation d’anxiolytiques et d’analgésiques entraînerait une incapacité à contrôler ses pulsions allant jusqu’au crime. C’est ce que révèle une étude suédo-finlandaise, à paraître dans la revue « World Psychiatry » du mois de juin, qui affirme que le risque de commettre un homicide augmenterait de 45 % sous anxiolytique et de 31 % sous antidépresseur. Les chercheurs notent que l’usage d’analgésiques opioïdes accroît le risque de 92 %, tandis que la consommation d’analgésiques anti-inflammatoires le fait grimper de 206 %.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)