Une étude pour mieux comprendre l’origine des troubles psychotiques

Des interactions entre gènes et environnement à l’origine de la schizophrénie  Abonné

Publié le 23/07/2010
Une étude sur l’impact des facteurs environnementaux, et leur interaction avec les facteurs génétiques, dans les troubles psychotiques (schizophrénie, troubles bipolaires…) vient d’être lancée pour la première fois en France dans le cadre d’un programme européen.
Une plus grande sensibilité aux facteurs environnementaux...

Une plus grande sensibilité aux facteurs environnementaux...
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

DES ÉTUDES sur des jumeaux ont mis en évidence de manière répétée que près de la moitié de la vulnérabilité à la schizophrénie est d’origine génétique. Cependant, il n’a pas été possible d’identifier des variants génétiques sous-tendant cette vulnérabilité. « Il n’y a pas de gènes spécifiques de telle ou telle maladie psychotique, une même structure cérébrale peut être impliquée dans plusieurs pathologies et plusieurs gènes interagissent avec des facteurs environnementaux », souligne Stéphane Jamain, chargé de recherches INSERM.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte