Diminuer le mésusage de buprénorphine

Des implants pour des toxicomanes plus compliants  Abonné

Publié le 18/10/2010
Des addictologues californiens ont évalué l’efficacité d’implants sous-cutanés de buprénorphine chez une centaine de patients toxicomanes. La méthode serait intéressante pour diminuer la consommation de produit, améliorer la compliance et encourager un suivi régulier.

UNE CORDE de plus à son arc n’est pas de trop pour le sevrage aux opiacés. « Il y a encore de gros besoins en addictologie », commente pour « le Quotidien » le Dr Sylvain Balester Mouret, addictologue à l’hôpital Beaujon (Paris). « Les voies d’administration alternatives pourraient être utiles chez les toxicomanes. Le développement d’implants sous-cutanés de buprénorphine est une bonne chose. Aujourd’hui, en pratique, la voie transdermique par patch n’est pas utilisée en France, quant à la voie sous-cutanée, elle fait encore partie du domaine de la recherche. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte