Stress

Déjeuner en paix  Abonné

Publié le 22/10/2012

«J’abandonne sur une chaise le journal du matin / Les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent / J’attends qu’elle se réveille et qu’elle se lève enfin. » Stephan Eicher voyait juste ; non seulement ces paroles furent un tube dans les années quatre-vingt-dix mais, trente ans plus tard, l’université leur donne raison.

Les mauvaises nouvelles négatives atteignent le moral des femmes, de façon très persistante : autant ne pas leur glisser le journal sous le nez et les laisser déjeuner en paix.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte